Tourisme
«Sports & Nature»

Les sites naturels majeurs (Bine El Ouidane, Ouzoud et Imin Ifri) attirent surtout des touristes nationaux en quête de loisirs pour des séjours de courte durée, de détente ou de sports nautiques, ou bien des sportifs étrangers (randonneurs, escaladeurs…) en quête d’aventures et de sensations fortes.
Azilal offre des activités de pleine nature, «Sports & Aventure», appuyée sur un cadre naturel d’exception.
La ville compte quelques centaines de guides de montagne et peut proposer à des publics spécialisés une offre dédiée (randonnée, escalade, parapente…).
Plusieurs sites proposent un tourisme sportif international de niche, comme Béni Mellal, haut lieu du parachutisme mondial, et la vallée d’Aït Bouguemez, sport de parapente et de randonnée. C’est aussi une terre de sites préhistoriques connus des paléontologues et des passionnés de dinosaures. La randonnée, l’une des activités les plus pratiquées en montagne, attire surtout des touristes étrangers, avec un tourisme national croissant. Des circuits sont proposés notamment pour visiter Imin Ifri, les cascades d’Ouzoud, Aït Bouguemez, etc. Des agences de Béni Mellal commercialisent des produits liés à la chasse et la pêche, au tourisme de détente et de découverte des sites-phares régionaux.
Des agences internationales proposent une étape à Béni Mellal, surtout dans le cadre de circuits spécifiques. Le territoire étant identifié comme un site de tourisme de découverte et de sports de montagne, beaucoup d’agences spécialisées en randonnées et trekkings les commercialisent.

3
4

Des activités de pleine nature, autour du thème «sports & aventure»

Le produit touristique local se caractérise par la richesse et la variété de ses formules. Des hôtels classés et quelques clubs proposent différentes activités (piscines, courts de tennis…) et excursions. S’y ajoutent des activités physiques de pleine nature.

Parachutisme, deltaplane et vol à voile

Le parachutisme est la spécialité locale. Il fournit près de 10 000 nuitées par an aux hôtels classés. L’aérodrome de Béni Mellal est l’un des meilleurs centres de parachutisme au monde et encourage ces sports

Parapente

Quelques amateurs habitués aux vols en Europe le pratiquent. Ils se confrontent à l’aérologie parfois capricieuse du M’Goun, de l’Azourki ou de l’Aroudane… La plaine de Béni Mellal et les contreforts montagneux de l’Atlas (près d’Afourar par exemple) se prêtent à développer cette pratique

5
6

Randonnée équestre

Les randonnées encadrées, avec des chevaux arabes barbes, sont développées par le Centre de loisirs de Moudj. Des Centres équestres d’autres régions y viennent car les itinéraires sont infiniment variés par les paysages et les dénivelés

Randonnée pédestre

Elle se pratique à différents niveaux de difficulté sur des sites contrastés, en randonnées itinérantes ou en étoile. Les randonneurs sollicitent souvent un guide car les sentiers ne sont pas balisés et les cartes appropriées pas toujours disponibles ; il facilite les relations avec les habitants et permet de découvrir les multiples facettes culturelles et naturelles locales

Sports d’eau vive

L’oued El Abid comme les assifs Melloul et Ahansal s’y prêtent. Les canyons sont nombreux et beaucoup restent à découvrir. Les amateurs apprécient la variété et l’aspect sauvage des paysages. Les activités nautiques et la pêche sportive se pratiquent surtout sur le lac de Bine El Ouidane. Les principaux canyons fréquentés entourent la Tassaout, la vallée d’Aït Bouguemez et celle de l’Ahansal ; certains se trouvent sur des itinéraires de randonnée et peuvent être pratiqués lors de trekkings vendus par des agences spécialisées

Ski de randonnée

La vallée d’Aït Bouguemez monopolise l’activité, avec ses guides. Des mules portent les skis. Une concentration importante de sommets en fait l’attrait, avec des paysages superbes et un bel enneigement. Le ski de randonnée autour du M’Goun est un voyage autant qu’une activité sportive

7
8

Escalade

Elle se pratique essentiellement à Taghia et Aroudane, ainsi que dans la vallée d’Aït Bouguemez. D’autres lieux se prêteraient bien à une pratique diversifiée, comme les falaises de Moudj, la «Cathédrale» et même les gorges de Taghzirt

VTT et cyclotourisme

Ces sports se développent surtout via les agences de voyage. Certaines compagnies aériennes transportent le matériel. La région propose ses nombreux chemins et ses petites routes, de longs fonds de vallées et un relief plutôt roulant pour l’organisation des traversées d’une semaine ou plus

Tourisme culturel

Les empreintes laissées par les dinosaures (à Aït Blal, Aït Bouguemez, Bine El Ouidane et Iwaridène) ajoutent au contenu culturel et préhistorique de la Région, qui a déjà obtenu une reconnaissance internationale par l’UNESCO en 2014 pour le Géoparc M’Goun, un cachet unique en Afrique et dans le monde arabe. Le Parc couvre 15 Communes au milieu du Haut-Atlas Central. Territoire protégé, il compte plusieurs géo-sites d’un intérêt exceptionnel et des lieux de valeurs écologiques, archéologiques, historiques et culturelles.

Le concept du Géoparc M’Goun intègre protection, éducation et développement durable. Il recèle des richesses géologiques, paléontologiques et minéralogiques exceptionnelles : squelette complet de dinosaure, empreintes de dinosaures théropodes et sauropodes, sites naturels et paysages uniques, sites archéologiques, historiques, architecturaux, et le Musée du Géoparc à Azilal. Porté par le Conseil Régional et ses partenaires (collectivités et autorités locales, Départements ministériels concernés, ONG et socio-professionnels, communauté scientifique…), le Géoparc protège et valorise les patrimoines géologique, naturel et culturel. Il est un pilier stratégique du développement socio-économique régional, qui stimulera le tourisme et la création d’entreprises, donc de nouvelles sources de revenus pour la population. Afin d’améliorer l’attractivité touristique régionale, une convention a été conclue pour financer et exécuter des projets inscrits dans le Programme de développement régional.

Grâce à cela, la Région :
• deviendra une destination d’écotourisme par excellence ;
• gagnera en maturité et profitera des bassins touristiques proches ;
• confortera sa clientèle nationale (flux accrus, clients plus aisés…) et attirera davantage d’étrangers ;
• disposera d’une identité propre, distinctive et marquante ;
• structurera son produit touristique, notamment le triangle Ouzoud – Dino Parc – Bine El Ouidane, et pourra cibler son marketing.

beni-mellal