Circuit « Reflet Bleu», le spectre lumineux

La couleur du ciel et de la mer symbolise l’ouverture des horizons, le voyage et la découverte. Ce circuit relie les principaux pôles historiques de Rabat.

Il met en relief leur lien commun avec le fleuve et l’Océan. Depuis l’emblématique Place du Sémaphore aux Oudayas, le circuit plonge au cœur de la mythique Kasbah, puis traverse l’ancienne Médina.

Ce circuit a bénéficié de plusieurs valorisations d’envergure. Ainsi, la Kasbah des Oudayas a été restaurée et mise en lumière et le Jardin Andalou aménagé. Le musée de la Parure et du Caftan suivra. Le pavage, l’adressage des rues et l’harmonisation des devantures améliorent la mobilité. Le tunnel des Oudayas fluidifie la circulation et l’accès à la Médina. Une verrière couvre la rue des Consuls, aux auvents harmonisés. Un moyen de déplacement «doux» est proposé : le vélo-taxi touristique. D’autres actions concernent les alentours (les principales rues commerçantes, la Corniche et des promenades piétonnes, des bornes d’information sur les sites touristiques, un parking souterrain prévu à Bab Chellah)

Kasbah des Oudayas

C’est l’un des sites préférés des touristes et un lieu privilégié des Rbatis… Elle a fait l’objet d’une mise à niveau importante. La Place du Sémaphore, repère incontournable, est revalorisée : revêtement rénové, bancs publics installés et escaliers vers la plage restaurés. Le Musée National des Bijoux est converti en musée de la Parure et du Caftan. Le tunnel sous les Oudayas contribue à protéger ce site historique et permet d’aménager la place Souk Leghzel.

Derrière l’imposante et magnifique porte Bab El Oudayas, l’influence andalouse est manifeste : murs chaulés, couleur bleue omniprésente, ruelles pavées, portes massives colorées, fer forgé… L‘été, les rues étroites restent délicieusement fraîches et toujours propres. Les maisons sont entretenues et magnifiquement fleuries. Tout est feutré ; à peine entend-on l’appel du muezzin depuis la mosquée Jamaa El Atiq, plus vieil édifice religieux de Rabat. Les artistes investissent en nombre les Oudayas, séduits par la beauté du site et sa quiétude apaisante

Sqala

La Kasbah compte plusieurs composantes remarquables, dont l’espace situé sous la Place du Sémaphore et bénéficiant d’une vue imprenable sur l’estuaire du Bouregreg : réhabilité, il dévoile tout son charme authentique. Pour le valoriser, un restaurant gastronomique de charme y est aménagé, proposant une expérience sensorielle complète : un choix de lumières chaudes, musiques et couleurs évoquant la thématique mauresque, avec des plats traditionnels

Place du Sémaphore et entrepôt Moulay Yazid

Cette Place offre un panorama sur l’embouchure du Bouregreg, Salé et l’Océan. Avec ses murailles, elle fut réalisée simultanément aux six Sqalas de la façade maritime.

En 1790, le Sultan Moulay El Yazid fit construire l’entrepôt qui porte son nom, bâtiment militaire alaouite majeur. La Place et l’entrepôt ont été rénovés. L’installation d’un éclairage, de plaques signalétiques et de mobilier urbain avec l’animation renforcerait son attrait à travers le mobilier urbain et longues-vues panoramiques ; les tricycles ambulants de restauration rapide ; et la table d’orientation pour identifier les composantes du paysage

Coopérative d’artisanat

On peut y suivre le travail des tapis. La Coopérative est à convertir en espace d’exposition d’un artisanat revisité, original, alliant tradition et modernité. Cette déclinaison implique un aménagement d’un espace d’interprétation de l’artisanat régional ; des expositions d’artisanats variés pour les valoriser ; la création d’un espace dédié à la vente de ces produits ; l’organisation d’évènements pour les amateurs d’artisanat et de design

Café maure

Il est emblématique des Oudayas, très fréquenté avec son superbe panorama depuis sa terrasse offrant une vue superbe sur le Bouregreg, Salé, les remparts et la Tour Hassan. Des générations l’ont fréquenté ! On y savoure le temps, les lieux, le thé et les pâtisseries délicieuses. Il a été récemment réaménagé selon son aspect original dans son cadre idyllique

Jardin Andalou

Sur plusieurs niveaux, il comporte de vastes parterres, un superbe mélange végétal et une fontaine au croisement des allées principales. Ce jardin de style hispano-mauresque est une création des années 1920, au pied du palais de la Kasbah des Oudayas. Des aménagements ont été réalisés, avec un traitement paysager, pour accueillir des festivités culturelles. Pour faire vivre cet espace et y faire résonner les rythmes d’antan, des animations seront organisées pour préserver et interpréter l’histoire le jardin et son cachet andalou (illuminations nocturnes, etc.) ; et valoriser la culture andalouse en sollicitant les cinq sens

Solliciter la vue, au Musée National de la Parure et du Caftan

Construite à partir de 1672, l’ancienne demeure du Sultan Moulay Ismaïl est un bijou d’architecture arabo-andalouse. Elle abritait le Musée National des Bijoux. La Fondation Nationale des Musées y crée ce nouveau Musée pour lequel la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint-Laurent a fait don de caftans, foulards, ceintures et accessoires anciens, de la fin du XIXème au début du XXème siècle

Flatter l’ouïe, avec les après-midis musicaux

Avec des après-midis hebdomadaires de musique andalouse, le jardin vibre aux rythmes de grands maîtres de cet art. Des manifestations culturelles s’y tiendront, comme des expositions sur la musique andalouse, des signatures d’ouvrages et des débats animés par des experts

Titiller l’odorat, dans les allées du Jardin Andalou

Ici, rosiers, bougainvillées, jacarandas, tamaris, orangers, citronniers et oliviers composent un superbe mélange végétal. Pour valoriser cette richesse, un parcours d’interprétation est créé avec une promenade guidée et éclairée de découverte des senteurs du jardin ; la réhabilitation de la fontaine et de la roue hydraulique ; et l’interprétation de la flore autochtone et des variétés importées

Solliciter le toucher (artisanat) & le goût (gastronomie)

A l’entrée du jardin, trois boutiques réhabilitées sont dédiées à la vente de produits d’artisanat issus de la culture andalouse. Ces produits prennent les formes de tenues traditionnelles des groupes marocains de musique arabo-andalouse ; d’instruments de la musique andalouse, également en version miniature ; des produits de terroir, comme l’eau de rose ou de fleur d’oranger, épices, huiles…

Deux bâtiments historiques remarquables (l'ancienne bibliothèque et l'ancienne inspection des monuments historiques)

De grande valeur historique et architecturale, ils ornent la façade fluviale de la Kasbah des Oudayas. Ils ont bénéficié d’une rénovation d’envergure et d’une mise en lumière. L’ancienne bibliothèque borde une vaste esplanade offrant une vue panoramique. Un Centre d’interprétation de nouvelle génération y est prévu, interactif, proposant une expérience multisensorielle pour sensibiliser au patrimoine et à l’architecture de la Médina, faire connaître son histoire et initier les jeunes par des ateliers.

L’ancienne Inspection des monuments historiques est à convertir en salle de projection sur l’histoire de Rabat-Salé moyennant un dispositif novateur, ludique et pédagogique (batailles navales virtuelles sur le Bouregreg)

Rue des Consuls

C’est le souk artisanal de Rabat, donnant sur la Kasbah. Artère vivante et rue principale de la Médina la reliant à la kasbah des Oudayas, elle offre plus d’un kilomètre de promenade agréable et authentique. C’est un lieu clair et attractif, aux façades ravalées, en partie couvert de verrières aux motifs traditionnels. On y trouve l’artisanat de toutes les Régions du Maroc, avec de nombreux bijoutiers et de belles pièces uniques, souvent anciennes

Souk Tehti

C’est le marché aux tapis de la rue des Consuls (dont le fameux tapis rouge de Rabat) ; un festival de couleurs, dans un cadre exceptionnel et chaleureux. Rénové en 2019, c’est aussi un lieu de promenade

Dar El Mrini

Edifiée en 1339, et récemment restaurée, elle est parmi les lieux culturels les plus visités de Rabat et propose de nombreuses activités programmées avec des centres culturels, des associations et les autorités locales

Ruelles de la Médina

La Médina offre un large éventail de richesses. La créativité imprègne ses portes, ses murailles, ses quartiers et ses souks. Les ruelles irriguent les quartiers commerciaux animés comme les espaces résidentiels ombragés et quiets. La mise à niveau urbaine et la réhabilitation ont préservé les ambiances et amélioré la visite.

Le boulevard Laalou, créé au XIIème siècle, relie la porte almohade Bab Laalou à la grande porte des Oudayas

Rives du Bouregreg

Des barques pittoresques traversent le Bouregreg entre Rabat et Salé. La rive rbatie dispose de débarcadères sécurisés pour ces barques, ainsi que d’amarrages pour les vedettes et bateaux. Les quais accueillent des cafés, restaurants, manèges et jeux pour enfants, mais aussi un club nautique et un espace dédié au sport. Une promenade piétonne est aménagée sur la rive, avec mobilier urbain, éclairage public et stands de restauration. La traversée est rendue plus attractive avec des navettes régulières de barques peintes en bleu des Oudayas, avec des barcassiers en uniforme ; des excursions (packages pour découvrir les monuments depuis le fleuve) ; le Ring’O, bateau-restaurant aux formes ludiques, à propulsion électrique

Le « Circuit Jaune», couleur du soleil et de la joie, symbolisant l’ouverture et le contact social

Ce circuit dessert le patrimoine du centre historique, depuis la porte Bab El Had jusqu’au Sud de la Médina. Longeant la muraille mérinide, il compte de nombreux points d’arrêt, notamment la nouvelle gare de Rabat. Le Parlement, la poste, la gare et les abords de la muraille ont été mis en lumière.

Le marché central et la mosquée As-Souna sont restaurés. Des bornes d’information sont prévues sur les sites emblématiques. L’avenue Mohammed V a été valorisée et la restauration des façades est en cours ; le Musée de la Monnaie de Bank Al Maghrib et le Musée Poste Maroc réaménagés sont des équipements culturels majeurs. Ce circuit est ponctué de 12 points d’arrêt

Place Bab El Had

Accès historique de la Médina, cette Place restaurée, très fréquentée, accueille de jeunes talents. Un tunnel facilite la circulation du tramway et des véhicules ; un parking souterrain sera bientôt réalisé. Des animations sont prévues comme des spectacles de rue à la dynamique plurielle et espace pour des représentations ; avec une mise en lumière et projections nocturnes sur les remparts ; des kiosques de restauration rapide et d’autres pour l’artisanat

Marché Central de Rabat

Construit au début du XXème siècle, ce bâtiment Art déco est un lieu de convivialité revivifié par son aménagement. Sa mise à niveau et son animation sont prévues au sein de la redynamisation globale du centre-ville. Elle englobe la communication et signalétique d’orientation ; les améliorations esthétiques des étals de produits locaux et de sanitaires et vente de produits de terroir ; la restauration rapide sur place (spécialités locales)

Villa Art déco

Elle est visitée pour sa splendide architecture et son parc verdoyant. Un Centre d’Interprétation du Patrimoine architectural rbati du XXème siècle la valorise pour contribuer à faire connaître et apprécier sensibiliser sur le patrimoine et l’histoire et l’architecture de Rabat ; former et initier les plus jeunes aux métiers, à l’architecture et à l’histoire ; et profiter du parc grâce à des évènements (danse moderne, expositions…)

Bâtiment du Musée Poste Maroc

Entièrement réaménagé, sa façade est mise en lumière. Ses collections offrent un voyage inédit via une exposition philatélique dédiée aux 20 ans de règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, avec plus de 600 produits philatéliques et beaucoup d’objets postaux anciens. Repère urbain, il propose aussi un espace dédié aux enfants

Avenue Mohammed V

Très fréquentée, l’avenue traverse le centre-ville et regorge d’édifices d’exception. Des aménagements en ont fait un territoire de déambulation : fontaine rénovée, traitement paysager et dispositif d’éclairage ; la réhabilitation des façades est en cours. La nouvelle gare ferroviaire, icone urbaine, accroît son attractivité. L’animation est renforcée d’attractions diurnes et nocturnes par des spectacles vivants de rue, dédiés à des personnages emblématiques de la ville ; conteurs de légendes populaires du patrimoine oral rbati. Elle intègre aussi une fontaine revisitée, avec des jets d’eau dansant aux sons de musiques, enregistrées ou jouées in vivo (la nuit, des lumières harmonisées aux sons ajouteront à la féérie) ; et la mise en lumière du patrimoine et des bâtiments de grand intérêt

Gare ferroviaire de Rabat-ville

Elle inclut l’ancienne gare – classée monument historique – reconvertie en galerie d’art, la couverture des voies et un nouveau bâtiment. Une vaste ombrière d’acier et de verre couvrant les quais, unit les deux gares. Une rue intérieure relie l’ancienne gare à la nouvelle porte ouverte dans le rempart. Trois grands parvis insèrent la gare dans la ville. Cette valorisation prolonge l’aménagement de l’avenue Mohammed V

Bâtiment des chèques postaux

Proche du Parlement, l’ex-bâtiment des chèques postaux borde une place aux édifices de grande valeur architecturale et historique. Il est à valoriser par un équipement touristique pédagogique

Bâtiment Bank Al Maghrib

Il abritait jadis le siège de la Banque du Maroc. Il fut créé pour son cinquantenaire en 2009. Construit en 1920, il a récemment été converti en Musée de la Monnaie.

Son architecture joue à merveille des formes, des surfaces et de la lumière. Plus de 30 000 pièces de monnaie – certaines exceptionnelles – et des objets, instruments monétaires et billets de banque, illustrent l’histoire de la monnaie au Maroc depuis l’antiquité. La galerie d’art, riche de plus de 800 œuvres, en présente 80 en exposition permanente

Hôtel Balima

Face au Parlement marocain, l’hôtel Balima en cours de rénovation, jouit d’une situation stratégique. Dès son inauguration en 1928, le plus ancien hôtel de la capitale fut un lieu privilégié des rendez-vous politiques et d’affaires

Palais du Parlement marocain

Sur l’avenue Mohammed V, le bâtiment appartient à l’histoire de l’architecture comme à l’histoire des affaires politiques nationales. Le Palais du Parlement marocain est valorisé par sa mise en lumière

Place Mohammed V

Elle termine l’avenue Mohammed V, face à la nouvelle gare ferroviaire, et offre un magnifique panorama urbain tous azimuts

Cathédrale Saint-Pierre

Inaugurée par Hubert Lyautey en 1921, sa façade est de style Art déco. Ses deux tours à l’allure de minarets abritent deux clochers. La cathédrale est ouverte à tous ; la messe y est célébrée presque chaque jour. Elle jouxte la place Moulay El Hassan. L’ancien presbytère accueille aujourd’hui l’Institut français de Rabat

Place Moulay El Hassan

Entourée d’édifices de grande valeur, son réaménagement a créé une véritable place piétonne. Repensée, elle allie convivialité et contemporanéité. Un parking de forte capacité a réduit les nuisances et accru la sécurité. La Place a renoué avec ses environs et connecte plusieurs quartiers. Des lieux de restauration et des commerces ont ouvert. Des kiosques modernes accueillent les fleuristes réinstallés

Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain

Inauguré par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en octobre 2014, ce Musée, aux standards internationaux, présente la création marocaine en arts plastiques depuis le début du XXème siècle. La collection permanente en propose une synthèse. Le Musée accueille régulièrement des expositions temporaires d’exception. Au cœur de la capitale, son architecture révèle une identité forte. L’édifice est parfaitement intégré au tissu urbain, mêlant la modernité aux motifs traditionnels réinvestis

Musée de l’Histoire et des Civilisations

En 2014, le Musée Archéologique créé en 1930 au centre de la capitale est confié à la Fondation Nationale des Musées, qui rénove le bâtiment et réorganise l’exposition permanente sous le nouvel intitulé : musée de l’Histoire et des Civilisations. La scénographie valorise la somptueuse collection, dont les fabuleux bronzes de Volubilis souvent prêtés à l’étranger : ce trésor inestimable fait rayonner la capitale culturelle du Maroc

Mosquée As-Souna

Sur l’avenue Moulay El Hassan, cette mosquée, bâtie au XVIIIème siècle par les Alaouites, marque l’extrémité de l’avenue Mohammed V. Par sa taille, elle est la quatrième mosquée du Royaume

Le circuit Rouge, couleur vivifiante symbolisant la terre, la culture et le terroir

Il démarre à la Kasbah des Oudayas, longe les murailles de la Médina et conduit au centre-ville, jusqu’aux sites emblématiques. La Kasbah et son jardin andalou ont été aménagés. Des bornes d’information seront installées près des sites historiques. La Tour Hassan a été aménagée et mise en lumière, tout comme la nécropole de Chellah. Les remparts almohades sont réhabilités et l’animation culturelle renforcée sur la nécropole (Jazz au Chellah, Mawazine…)

Kasbah des Oudayas & Médina

Outre les nombreux souks traditionnels, beaucoup de lieux sont chargés d’histoire, tels la Kasbah, l’ancien quartier juif, la mosquée Makki ou encore les murailles.

La Médina, inchangée depuis sa création, a bénéficié d’une vaste réhabilitation qui a aussi amélioré les conditions de vie et de travail des habitants. Elle appartient au périmètre inscrit au patrimoine mondial de l’humanité en 2012

Murailles de la Médina

Bordée par le Bouregreg, la Médina est ceinturée, à l’Ouest, par les murailles du XIIème siècle édifiées par Yacoub El Mansour et, au Sud, par le « mur des Andalous». Les Moriscos, ces Andalous chassés d’Espagne au XVIIème siècle et réfugiés à Rabat, ont créé la Médina. Le territoire inclus dans l’enceinte almohade étant trop vaste, ils ont érigé le «mur des Andalous» et nommé le nouvel espace «Salé le Neuf» par opposition à «Salé le Vieux» (l’actuel Salé). On entre dans la Médina par deux portes monumentales : Bab El Alou et Bab El Had. Les murailles ont été réhabilitées

Avenue Mohammed V

Elle porte les édifices majeurs du centre-ville. La partie basse, plus étroite, recèle les principaux commerces. Le quartier comporte des chefs d’œuvres de grands architectes français qui ont puisé largement dans le répertoire marocain. La rénovation de ces bâtiments d’inspiration néo-classique, Art déco ou arabo-mauresque, a été entreprise, ainsi que le revêtement des sols, la réhabilitation des espaces verts et l’installation de mobilier urbain (de la mosquée As-Souna à l’avenue Hassan II)

Place Méchouar

Dar Al Mahkzen est le Palais Royal et le siège du gouvernement. On y accède par le Méchouar, vaste esplanade d’où l’on admire un ensemble d’une architecture exceptionnelle, proche de la porte Bab Er Rouah

Nécropole de Chellah

Bâti sur le site de la cité romaine Sala Colonia, l’édifice détruit par le tremblement de terre de 1755 est classé pour son intérêt historique et touristique. Sa puissante muraille d’enceinte est rénovée, comme le grand portail d’accès et l’environnement externe, rendu élégant et fonctionnel ; sont réhabilités le site funéraire, la voirie, la signalétique, l’éclairage… Ces travaux ont favorisé les fouilles archéologiques de la partie romaine et mérinide, où de nombreux vestiges restent enfouis.

Un traitement inédit du jardin du Chellah a été opéré. Le sécuriser et l’exploiter est prévu, dans le respect de la faune, notamment des cigognes blanches qui font sa célébrité. La réhabilitation et la mise en valeur de la médersa mérinide et de la nécropole du Chellah sont en cours. Le site accueille de nombreux évènements culturels, comme des concerts des festivals Jazz au Chellah, Mawazine, etc

Tour Hassan & Mausolée Mohammed V

La Tour Hassan fut construite à l’initiative du Sultan Yacoub El Mansour en 1196. Face à elle, la mosquée Hassan accueille les cérémonies religieuses nationales. La Tour est restaurée. Le visiteur admire ses sculptures mais aussi le toit pyramidal de tuiles vertes du tombeau royal attenant. Une mise en lumière valorise l’ensemble

Al Saha Al Kabira, la rive contemporaine

Elle relie Rabat à Salé, unissant les monuments historiques de l’estuaire et ceux de la vallée. Al Saha Al Kabira offre un paysage aux vues saisissantes sur Rabat, Salé, l’estuaire et la plaine. Sur 112 ha, sa pluralité – résidences, bureaux, hôtels de luxe, zones commerciales, parcs urbains – accueille notamment le Grand Théâtre de Rabat. D’autres composantes d’animation et de loisirs y seront développées, comme le Musée National d’Archéologie et des Sciences de la Terre

Le circuit vert, couleur de la nature, apaisante et rafraîchissante, associée au développement durable

Partant du Jardin Andalou des Oudayas, le visiteur découvre les espaces verts de la ville, de jardin en jardin, jusqu’à la Tour Hassan. Les jardins de Rabat seront meublés et transformés en lieux de rencontres valorisant les arts plastiques et numériques. Ce circuit comporte 7 points d’arrêt

Jardin Andalou de la Kasbah des Oudayas

Rénové en 2004, ce jardin est le prototype du jardin de riad bien connu au Maroc, avec toutes sortes d’arbustes, fleurs et arbres fruitiers (lauriers-roses, orangers, bananiers, citronniers, daturas, rosiers, liliacées et agapanthes…), protégés par des canons anglais du XVIIIème siècle et une ceinture de murailles crénelées

Jardin de la nécropole du Chellah

Avec son cadre naturel paisible et accueillant, ses nids de cigognes et ses trésors archéologiques romains et mérinides, ce jardin attire les amoureux de la nature et les férus du tourisme culturel. Sur une douzaine d’hectares, le site, ceint d’une longue muraille mérinide parfaitement restaurée, est parsemé de vestiges des civilisations passées. Il bénéficie du programme d’aménagement de la nécropole

Jardin de la Résidence

Le jardin de l’ancienne Résidence Lyautey conçu en 1920 par Henri Prost est situé à l’extrémité Sud-Ouest des remparts almohades dominant Rabat, Salé et l’estuaire du Bouregreg. Arbres, parterres fleuris, bassins et fontaines s’y côtoient dans l’harmonie

Jardin Hassan II

Inauguré en 2018 par Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, sa dotation en espaces culturels et terrains de sports est exceptionnelle : amphithéâtre, fontaine musicale, espace de jeux, deux skateparks, mur d’escalade et nombreux terrains de sports collectifs. Le parc, de plusieurs dizaines d’hectares, prisé des familles, fait face au Chellah. L’endroit est superbe et très rafraîchissant

Jardin des Essais Botaniques

Créé en 1914, il renferme plus de 650 espèces ornementales et fruitières d’origines diverses, un programme de recherche scientifique sur leur exploitation et une maison mauresque, avec son musée dédié à l’eau et la lumière. Il accueille des collections végétales destinées à conserver la biodiversité, à la recherche et à l’éducation à l’environnement.Inauguré en 2013 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ce jardin a bénéficié d’une restructuration et d’aménagements substantiels

Jardin Tour Hassan

En longeant le Bouregreg depuis les Oudayas, on parvient au jardin Tour Hassan ouvert en 2003. Face au Bouregreg, l’ombre de la Tour accompagne la fraîcheur des bassins, fontaines et palmiers. Il s’inspire des jardins de l’Alcazar de Séville, tout comme la Tour Hassan qui le domine est la soeur jumelle de la Giralda de Séville. De ce jardin mauresque magnifiquement fleuri toute l’année, la vue est superbe sur la dernière boucle du Bouregreg, la Kasbah des Oudayas et la Médina de Salé. Il est valorisé par des accès aménagés, son paysage végétal et sa signalétique

Jardin Nouzhat Hassan

Entre Médina et ville moderne, ce jardin créé en 1924 fait face au mur des Andalous. Situé en centre-ville, il est pourtant très reposant. De multiples variétés de ficus agrémentent ce paradis des passionnés d’arbres exotiques.

Le circuit inclut le futur Musée cynégétique en cours de construction au bois de l’Agdal, dédié à l’histoire de la chasse au Maroc

Le circuit Orange, couleur associée à la créativité et à la communication, porteuse d’optimisme, de tolérance

Rabat compte de nombreux équipements qui en font la capitale culturelle du Royaume. Ce circuit en relie les principaux, notamment par la lumière. Il traverse la ville jusqu’à l’effervescent quartier Hay Riad, avec une signalétique sur la dimension culturelle de chaque bâtisse ; des plaques informatives sur la valeur des bâtiments ; la mise en lumière extérieure, qui met en scène les édifices, compose des paysages nocturnes, valorise les architectures, sécurise et rend la ville plus attrayante ; et un label « Patrimoine du XXème siècle» pour les bâtiments mis en lumière

Théâtre National Mohammed V

Bouquet d’idées et de talents, ce carrefour de rayonnement international réunit des créateurs de tous horizons. Au centre de Rabat, c’est le plus grand théâtre du Maroc. Sa programmation pluridisciplinaire de spectacles de référence (théâtre, musique, danse, cinéma et autres disciplines artistiques) favorise l’ouverture du cœur et de l’esprit. Ses aménagements lui ont redonné tout son lustre

Musée de la Monnaie

Ce superbe Musée moderne (l’ancien siège de Bank Al Maghrib, au centre-ville, superbement réaménagé) raconte l’histoire du Maroc avec la monnaie comme fil rouge. Ses collections remarquables recèlent quelques monnaies rares, des Phéniciens à nos jours, comme un aureus de Juba II et une superbe pièce almohade de 10 dinars. Didactique, la scénographie valorise les collections numismatiques, mais aussi le patrimoine pictural de l’institution et son histoire. Les collections atteignent aujourd’hui près de 30 000 documents

Villa des Arts

Les visiteurs admirent l’architecture et le parc arboré superbement fleuri de cette magnifique maison des années 1930. La Villa des Arts propose une halte fraîche dans l’un des lieux les plus agréables de Rabat. Elle comporte plusieurs espaces d’exposition dédiés aux arts contemporains, un forum pour petits spectacles de plein air, la galerie sur cour pour les artistes en devenir et le Musée virtuel, où chacun peut créer selon son imaginaire. Des ateliers accueillent les créateurs ; des animations culturelles sont développées

Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain

Ouvert en octobre 2014, il sensibilise à la création artistique nationale et internationale et promeut l’art marocain. Le Musée Mohammed VI illustre l’ambitieuse politique culturelle du Maroc. Aux normes internationales, il présente la création marocaine en arts plastiques et visuels, du début du XXème siècle à nos jours

Musée de l’Histoire et des Civilisations

L’ex-Musée Archéologique est situé derrière la mosquée As-Souna. Les principaux apports datent de 1957. Outre les pièces préhistoriques et la collection d’objets d’art et ustensiles trouvés sur le site de Sala-Chellah, sont présentées des statues issues des fouilles de Banasa, Thamusida et Volubilis, avec des pièces célèbres comme le buste de Caton d’Utique, l’Ephèbe couronné de lierre, le chien de Volubilis…

Musée National de Poste Maroc

Il retrace, par l’audiovisuel et le digital, l’histoire de la poste créée au Maroc en 1892 sous le règne du Sultan Moulay Hassan 1er. Repère urbain, son bâtiment est classé au patrimoine historique. Ses espaces s’ordonnent par grandes périodes historiques. Philatélistes et passionnés y découvriront plus de 600 produits philatéliques et objets anciens liés à l’activité. Le Musée dédie un espace aux enfants pour développer leurs connaissances et leur créativité

Galerie Bab Er Rouah

La plus célèbre des portes monumentales de Rabat, d’époque almohade comme Bab Oudayas, surprend par sa riche décoration. Longtemps seul accès à Rabat, les anciens l’appellent «trois portes». Bab Er Rouah est devenue une magnifique galerie d’art contemporain. Les murailles sont mises en lumière

Bibliothèque Nationale

Cet équipement culturel unique en Afrique illustre l’architecture marocaine contemporaine : tradition, modernité et futurisme. Sa tour magnifique évoque la Tour Hassan. Elle abrite plus de 340 000 ouvrages, dont 60 000 manuscrits et livres rares. On y consulte aussi la presse – marocaine ou étrangère – ou tout simplement on s’y repose. La Bibliothèque accueille des manifestations culturelles. A l’intérieur, la quiétude et le confort accompagnent la réflexion. A l’extérieur, une magnifique terrasse ombragée et une cafétéria, avec une vue superbe sur Rabat, prolongent le jardin. En sortant par l’escalier monumental superbement orné, on découvre un superbe parc accueillant, ombré de palmiers et de ficus (ex-Jardin du Belvédère)

Musée des Sciences de la Terre

Le ministère de l’Energie et des Mines l’abrite. On peut y admirer le squelette d’un dinosaure sauropode vieux de 15 millions d’années, découvert en 1979 près d’Azilal. Le Musée retrace l’histoire géologique des origines de la terre

Musée de Maroc Telecom

Installé depuis 2013 au rez-de-chaussée de la tour Maroc Telecom, sa riche exposition d’objets retrace l’histoire des télécommunications, au Maroc en particulier. Le Musée propose une présentation didactique de ses collections. La plupart des équipements exposés fonctionnent, même les plus anciens. Les visiteurs peuvent les tester et consulter les audio-vidéo-guides pour une visite virtuelle de différents espaces transmissions terrestres et sous-marines ; de téléphonie publique, dont une collection d’anciens taxiphones ; de télécommunications nationales ; et des technologies futures, avec des vidéos, notamment l’hologramme