UNE STABILITÉ INSTITUTIONNELLE

De par sa stabilité institutionnelle reconnue à l’échelle internationale par l’ensemble de ses partenaires politiques et économiques, le Maroc, constitue un cas atypique à plusieurs égards à la fois dans la région et au-delà. Quelques faits pour étayer ce constat :

  • Le Maroc s’est lancé très tôt dans un processus de démocratisation en se dotant d’une constitution prônant le multipartisme et le libéralisme économique dès 1961 ;
  • L’Economie Marocaine qui ne dispose pas de rente pétrolière, s’appuie sur ses points forts que sont l’Agro-industrie, le tourisme, le textile, les phosphates tout en se diversifiant depuis peu dans les énergies renouvelables et l’aéronautique ;
  • Le Maroc est jugé par de nombreuses représentations diplomatiques de pays tiers (Européens notamment) comme un territoire stable et sûr ;

DES FONDAMENTAUX ÉCONOMIQUES SOLIDES

Au cours des dernières années, l'économie marocaine a été caractérisée par sa stabilité macro-économique couplée à une inflation basse. Elle est solide, reposant sur les exportations, l'essor des investissements privés et le tourisme. Compte tenu de la richesse du sol dont le Maroc dispose, le secteur agricole y est prédominant : il représente près de 15% du PIB, son poids ayant cependant diminué au profit du secteur tertiaire. L'industrie contribue à près de 30% du PIB et emploie un cinquième de la population active. Le tissu industriel est essentiellement constitué des secteurs du textile, des articles de cuir, de la transformation agro-alimentaire, et du montage électronique. De nouveaux secteurs en plein essor : les énergies renouvelables (le Maroc disposant depuis 2016 de la plus grande centrale solaire au monde), l’industrie aéronautique, les équipements automobiles, informatiques, électronique et la chimie. Le Maroc ne disposant pas de réserves connues de pétrole, la richesse minière principale du Maroc reste les phosphates qui constituent plus de 20% de ses exportations. Le secteur tertiaire contribue à plus de 55% du PIB et emploie près de 40% de la population active. Il dépend en grande partie du tourisme dont la relance est amorcée après le ralentissement observée au début de la décennie en raison de la conjoncture géopolitique incertaine.

    

Carte interactive Globe avec Zoom sur Maroc et apparition des principales connexion aériennes.

Le Maroc dispose d’une situation géographique stratégique vis-à-vis de l’Europe à moins de trois heures de vol des principales capitales Européennes et dispose à ce titre d’un atout majeur : la proximité du premier marché émetteur de touristes dans le monde. A seulement 7 heures de Vol des New York, Dubaï ou Moscou, il reste facilement accessible à une base de marchés émetteurs encore plus étendue.

UN CADRE D’INVESTISSEMENT SOUPLE

Le Maroc s’est depuis plusieurs années engagé dans une libéralisation de son économie visant l’assouplissement des procédures liées à l’investissement et dispose d’un cadre législatif favorable prenant en compte notamment les besoins des investisseurs internationaux :

  • Absence de restrictions en matière d’accès à la propriété du foncier pour les investisseurs étrangers ;
  • Absence de restrictions quant à la détention de filiales au Maroc pour les investisseurs étrangers : entière liberté pour ces derniers de détenir jusqu’à 100% du capital des sociétés ;
  • Un régime fiscal d’imposition sur les sociétés simplifié comme suit :
 
Bénéfice net Taux d'IS
< 300 000 Dh 10%
300 001 < BN < 1 000 000 20%
1 000 001 < BN < 5 000 000 30%
5 000 001 < BN 31%
 
  • Des procédures administratives réduites au minimum pour la création d’entreprises ;
  • L’entière liberté pour les investisseurs étrangers de détenir jusqu’à 100% du capital social de leur(s) filiale(s) au Maroc sans contraintes aucune ;
  • L’entière liberté pour les investisseurs étrangers de convertir et transférer les revenus de leurs investissements ou les produits de liquidation ou de cession de ces derniers vers leur pays d’origine ;
  • Signature de pluis de 100 accords de non double imposition en matière d’impôts sur les revenus et de protection d’investissements ;
Le Maroc dispose d’infrastructure de premier ordre au premier rang desquels se trouver une infrastructure aéroportuaire dense et moderne. 17 Aéroports internationaux et l’émergence de l’aéroport Mohamed V de Casablanca en tant que 1er hub desservants les aéroports africains Un réseau autoroutier de plus de 2000 km Un réseau de chemin de fer dense bientôt compléter par la première ligne à grande vitesse d’Afrique entre les villes de Casablanca et Tanger. Des infrastructures de transport urbain moderne avec un réseau de tramway dans les villes de Rabat et Casablanca Le Port Tanger Med au nord du Maroc se positionne dans les tous premiers ports africains et dans les 30 premiers mondiaux.